L’expédition Hielo Continental 2009…

Sur la trace des Hommes

Cette expédition est une étape importante dans mon parcours. En 2008, l’explorateur Christian Clot m’a proposé de partir pour cette expédition de 6 mois en Patagonie. Le buts de l’expédition était d’aller à la rencontre de tous les milieux constituant le sud de la Patagonie, de progresser par des moyens autonomes et d’essayer de mieux comprendre, non par des études directes mais par le ressentis, la vie des Indiens disparus de Patagonie. L’expédition Hielo Continental 2009 s’est déroulée de janvier à juillet 2009 sur plus de 2500 km, à pied dans la pampa argentine et en kayak dans les canaux du Pacifique (voir le trajet).

La Patagonie est séparée en deux par les montagnes du Hielo Continental (Campo de Hielo Continenta-l zone B sur la carte). Ces montagnes, qui constitue avec leurs 21’000 km² la troisième masse glaciaire terrestre mondiale, sont le premier obstacle pour les vents venu du Pacifique.

A l’est des montagnes se trouve la pampa argentine (zone A sur la carte). C’est un gigantesque territoire semi-aride, répertorié comme un désert qui couvre presque l’ensemble de la Patagonie argentine. Ses rares végétaux sont des touffes herbeuses et des mini-arbustes. Trouver de l’eau s’avère souvent un problème pour le marcheur isolé et ses vastes plateaux grêlés de monticules d’herbes sèches rendent la marche pénible et souvent monotone. C’était le territoire des Indiens nomades Tehuelches. Nous y avons parcouru un peu plus de 800 km.

A l’ouest des montagnes se trouve les canaux du Pacifique (Zone C sur la carte). Les vents et la fonte des glaces ont créé un territoire constitués de centaines de canaux et de milliers d’îles, bordés d’une forêt inextricable empêchant le plus souvent les débarquements : un monde d’une beauté brut, à la vie difficile et le moins exploré de la Patagonie. Un véritable labyrinthe ! Les températures toujours basses, une humidité permanente, les vents violents et les précipitations les plus importantes mesurées sur le globe à l’heure actuelle constituent des obstacles rendant la navigation extrêmement difficile. De plus, il reste encore de nombreux secteurs non cartographié, où avec de nombreuses erreurs. C’était le territoire des Indiens nomades marins Kaweskars (ou Alakalufs) appelé aussi les Nomades de la mer.

 Pour en savoir plus sur l’expédition, la Patagonie et les Indiens, rendez-vous sur le site de l’expédition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>